Hugues, fils de Charlemagne, sa jeunesse à l’abbaye…

©LaurentSoulet

Représentation d’Hugues, abbé          de St-Bertin et de St-Quentin (détail). « Catalogus abbatum bertiniensum », XVème siècle, conservé à la bibliothèque de Saint-Omer.

Il y a 1200 ans, en 818, Hugues, fils de Charlemagne, jeune prince, arriva adolescent à l’abbaye de Charroux; il y reçut son enseignement et son éducation auprès de l’abbé Gombaud 1er(sources : Liber Memorialis de Reicheneau, 826). Comme ses frères Drogon et Théodoric, il fut vraisemblablement éloigné du palais impérial et voué à la prêtrise par son demi-frère, l’empereur Louis le Pieux; il restera à l’abbaye jusqu’à l’âge de 31 ans environ. Il fut nommé en 834, abbé de Saint-Bertin et de Saint-Quentin (actuels Hauts de France). Sous Louis le Pieux, il devint archichancelier de l’empire, puis il fut successivement archichapelain de Lothaire Ier et de Charles le Chauve.

Il fut tué en Angoumois en 844, lors du combat opposant Charles le Chauve et le roi d’Aquitaine, Pépin II. Ce dernier fit porter sa dépouille à Charroux, où Hugues, selon sa volonté, fut inhumé dans l’abbaye.

Un chant-poème anonyme composé après la bataille d’Angoumois,

le  « Planctus Ugoni abbatis », relate ces faits à travers les regrets de

                                   Pépin II (petit-neveu d’Hugues), « Karrof oneste collocetur tumulo… ».